Archive

Les Estivales du MR, septembre 2008, Avec Dominique Paillé et Daniel Ducarme

RETOURNER


Lors des estivales du MR qui se déroulaient le 14 septembre 2008 à l’Abbaye de Stavelot, deux thèmes politiques majeurs ont occupés le cœur des débats, l’enseignement et l’Europe.

L’atelier thématique consacré à l'Europe a été présidé par le Député de Bruxelles et Président du Mouvement Réformateur International Daniel DUCARME. Autour de lui pour aborder ce sujet essentiel, le Secrétaire d’Etat en charge des affaires européennes Olivier CHASTEL, le député fédéral Xavier BAESELEN, Louis MICHEL, Commissaire européen en charge de la Coopération et du Développement et comme invité d’honneur Dominique PAILLÉ, porte-parolede l’UMP et conseiller du Président de la République française Nicolas SARKOZY.

La présidence tournante de l’Union Européenne est actuellement tenue par la France. Ce fut l’occasion pour Dominique PAILLÉ de revenir sur les priorités françaises pour cette présidence lors de l’Atelier «Ensemble, en mouvement pour l’Europe». Le projet européen de la France se veut volontairement ambitieux notamment dans des domaines touchant à la politique d’asile et d’immigration, la réforme de la Politique agricole commune, le paquet Energie/climat, le développement d’une Europe de la Sécurité et de la Défense forte ainsi que le projet d’Union pour la Méditerranée lancé le 13 juillet dernier à Paris. Parallèlement à ces axes prioritaires, la présidence française se veut également particulièrement attentive à la politique menée pour les expatriés français qui sont près de 3 millions dans le monde.

"Depuis que le Président SARKOZY est aux commandes de la France, il a introduit une nouvelle méthode de travail et les réformes s'accélèrent. Il souhaite transposer cette méthode de travail au niveau européen afin de lui donner une nouvelle impulsion. Il en est ainsi pour la nouvelle politique que les Européens doivent mettre en place pour celles et ceux qui ont fait le choix de s'établir en-dehors de leur pays d'origine. C'est un dossier que nous travaillons déjà de concert l'UMP et le MRI. Mieux, suite à l'impulsion donnée, notamment par Anne MONSEU-DUCARME, dans le cadre de la Présidence Française de l'Union Européenne, l'Assemblée des Français de l'Etranger tiendra le mardi 30 septembre prochain, au Quai d'Orsay à Paris, la première rencontre des Européens établis en-dehors de leur pays d'origine. C'est un cap très européen pour la France, avec la volonté de prendre en compte les besoins des expatriés: Mieux vivre l'Europe de la Justice et de l'Administration, mieux protéger le citoyen européen. " a insisté Dominique PAILLÉ.

Si la présidence française a déjà engrangé des résultats significatifs, notamment sur la politique d’immigration et d’asile, le traitement de certains dossiers comme le paquet Energie/climat ou le dossier de la défense européenne n’aura d’autres choix que de se poursuivre sous les présidences tournantes suivantes à savoir celles de la République Tchèque, de la Suède, de l’Espagne et enfin de la Belgique lors du second semestre 2010. A cette fin, la collaboration et le travail de continuité entre les pays membres est indispensable ainsi que la collaboration effective entre les partis politiques européens.

A ce titre, Dominique PAILLÉ et Daniel DUCARME ont insisté sur l’importance de travailler d’avantage de concert et de renforcer les synergies entre l’UMP et le MR afin de mener des projets communs notamment sur des thématiques utiles à la vie des citoyens et qui les rapprochent concrètement de l’Union Européenne.

Daniel DUCARME a rappelé les liens privilégiés entre les deux familles politiques réformatrices mais aussi entre les deux pays puisque «près de 200 000 Français ont choisi de venir s’installer en Belgique et qu'on estime à 300 000 le nombre de nos compatriotes qui ont décidé de s’expatrier en France. C’est un exemple frappant qui prouve, s’il en était encore besoin la proximité entre nos deux pays. Cette proximité, nous devons la cultiver et la renforcer en travaillant de concert pour faire avancer les dossiers européens. Il en va de l’avenir et du bien-être de nos concitoyens. Dominique PAILLÉ a également plaidé pour une collaboration qu’il estime devoir être à l’avenir «plus intense, plus étroite, entre le MR et l'UMP, notamment pour dénouer la crise institutionnelle que traverse actuellement l'Union européenne depuis le "non" irlandais au traité de Lisbonne en juin dernier.

Lors de son allocution Daniel DUCARME a cité un certain nombre de thèmes politiques où la collaboration entre les deux formations réformatrices était utile. cette collaboration l'est d'autant plus que ces dossiers sont considérés comme prioritaires aux yeux des Européens à savoir la justice européenne, la défense, l'immigration, l'économie, l'enseignement, la culture, l'agriculture ou encore le développement des villes. A cette fin, Daniel Ducarme a plaidé pour un renforcement des moyens pour Bruxelles, "Il serait normal et indiqué que l'Union Européenne intervienne dans le financement de Bruxelles comme la France le fait pour Paris, l'Allemagne pour Berlin et même les Etats-Unis pour Washington DC. Mais il est vrai que la Région Bruxelloise et la Belgique doivent en parallèle mettre en œuvre un véritable plan d'avenir et d'investissement pour Bruxelles l'européenne, ce qui n'est malheureusement plus à l'ordre du jour ... "

En 2010, ce sera au tour de la Belgique de prendre les rênes de la présidence européenne pour six mois. Le secrétaire d'Etat aux Affaires européennes, Olivier CHASTEL a souligné l'importance des priorités françaises tout en rappelant que les priorités de la future présidence belge feront l'objet de discussion avec l'Espagne et la Hongrie. Olivier CHASTEL a souligné qu'il espérait que la Présidence française utiliserait toute son influence pour sortir l'Europe de l'impasse institutionnelle dans laquelle l'a plongé sur le non irlandais.

Le Député fédéral Xavier BAESELEN a préféré accentuer son discours sur les avantages que l'Union apportait aux Européens que ce soit l'Euro, l'ouverture des frontières, ou encore la mise en place des cartes d'assurances européennes. "Si l'Europe n'était pas une plus value, pourquoi autant de pays chercheraient-ils à faire partie de ce cercle?" Le Député fédéral a également appelé de ses voeux, comme l'avait déjà fait le député Daniel DUCARME, une meilleure gestion des institutions européennes à Bruxelles et surtout une meilleure coordination entre les politiques des communes, celles de la Région Bruxelloise et celles des instances européennes.Les Bruxellois y gagneraient ainsi que les expatriés européens.

Egalement présent, le Commissaire européen Louis MICHEL a regretté que le fait que l'Europe n'avançait pas assez vite. Cet état de fait est de la responsabilité directe des Etats qui s'accrochent encore trop souvent à leur souveraineté nationale. "L'Union européenne contribue à concurrence de 60% de l'aide humanitaire dans le monde ce qui représente une somme colossale de 47 milliards de dollars (contre 24 pour les Etats-Unis) alors que son influence politique reste mineure. Une seule raison, l'Union ne parle pas d'une seule voix! On l'a vu avec la guerre en Irak, ou encore récemment avec les Jeux Olympiques de Pékin. Tant que le manque d'intégration européenne dans le domaine des Affaires étrangères ne sera sentir, l'Europe n'exercera qu'un très faible leadership."

Les différents ateliers consacrés à l'Union Européenne et à l'enseignement se sont clôturés par la séance plénière où la proposition de Dominique PAILLÉ et de Daniel DUCARME de renforcer le travail commun entre les deux partis politiques que sont le MR et l'UMP a été retenue. Au-delà des dossiers européens, Daniel DUCARME a également plaidé pour la mise en place d'actions concrètes comme l'augmentation des jumelages entre les sections UMP et MR ainsi que l'organisation d'actions communes entre les deux familles politiques réformatrices.

A l'invitation d'Hervé MORIN, Ministre de la Défense, Daniel DUCARME participera au congrès du Nouveau Centre de l'UMP "L'Europe chevillée au coeur" qui se tiendra à Epaignes. Il y développera le contenu de son rapport réalisé pour l'UEO sur la Stratégie Européenne de Sécurité.