Presse

La chaîne espagnole Antena 3 condamnées à Bruxelles

RETOURNER


La chaîne espagnole Antena 3 condamnée à Bruxelles pour ne pas avoir vérifié ses sources

11 juillet 2012

Dépêches des agences Maghreb Arab Press et Belga sur l'engagement de Anne Monseu-Ducarme aux côtés des victimes.

antena3_1.jpgantena3_2.jpg
Le jugement contre "Antena 3" fera jurisprudence et permettra d'avancer les choses en matière de journalisme (experte)

MAP
11.07.2012 - 14h40

Bruxelles, 11 juil. 2012 (MAP) - Le jugement rendu par le tribunal de première instance de Bruxelles dans le procès intenté par une famille marocaine à la chaine de télévision espagnole "Antena 3" fera certainement jurisprudence et permettra d'avancer les choses en matière de journalisme, a affirmé Anne Monseu, experte en droit internationale.

Pour cet avocat au Barreau de Bruxelles et â la Cour de Paris, ce jugement condamne fermement le recours par certains médias à des pratiques qui bafouent la déontologie et l'éthique de la profession et reconnait ainsi que la liberté de la presse n'est pas absolue.
Le jugement, a-t-elle ajouté, rappelle les règles et les principes à observer en matière de presse et souligne l'obligation pour les journalistes de vérifier leurs sources et la véracité des informations avant leur publication.

Elle a également affirmé que la liberté de la presse est un grand principe mais cette liberté ne doit nullement conduire à des dérapages et à des pratiques scandaleuses comme a connu ce dossier.
Mme Monseu a exprimé, d'autre part, sa sympathie avec la famille Rachidi, notant que l'organisation Avocats sans frontières dont elle est membre actif, est attachée au respect des valeurs fondamentales des droits de l'Homme et aux grandes règles qui régissent les Etats de droit.

Pour leur part, Mokhtar et Rachida Rachidi ont indiqué que leur famille est très affectée par le drame qu'elle a vécu en janvier 2010 suite â l'assassinat par un déséquilibré mental de quatre membres de leur famille â Casablanca, notant qu'ils ont vécu doublement cette tragédie à cause de la diffusion par "Antena 3" presque un an après les faits d'une photo montrant les corps sanglants des leurs.
Ils ont, en outre, indiqué qu'ils ne comprenaient pas le recours CAntena " à la manipulation médiatique pour servir une cause politique, exigeant des excuses officielles de la part de cette chaire pour tout le mal et les souffrances qu'ils ont subis.

Le 12 novembre 2010, "Antena 3" avait diffusé une photo montrant les corps de quatre membres de la famille Rachidi assassinés en janvier 2010 à Casablanca, la présentant comme étant celle d'une famille sahraouie tuée par les forces de l'ordre lors du démantèlement du campement de Gdim Yzik le 8 novembre près de Laâyoune.
La famille Rachidi avait saisi alors la justice belge pour "atteinte au droit e l'image et au respect de la vie privée et détournement de photos".

Le tribunal de première instance de Bruxelles a conclu dans ce procès que la chaîne de télévision espagnole a agi de mauvaise foi totale et s'est servie d'une information non vérifiée et totalement incorrecte pour soutenir une cause politique.

"Antena 3" a ainsi été condamnée â verser 215.000 euros en réparation aux préjudices moral et matériel causés â cette famille marocaine. (MAP)



BELGA


La chaîne espagnole Antena 3 de Télévision a été condamnée le 12 juin 2012 par la 14ème chambre du tribunal de première instance de Bruxelles pour avoir diffusé de manière répétée une photo tirée de son contexte pour illustrer la violence de l'armée marocaine lors d'un démantèlement d'un camp sahraoui. La photo en question était celle d'un quadruple meurtre qui s'était produit dix mois plus tôt. Les membres de la famille des victimes de ce fait divers ont obtenu réparation de leurs préjudices moral et matériel, ont annoncé mercredi leurs avocats, Mes Pierre Legros et Anne Monseu, lors d'une conférence de presse a Bruxelles.

Le 12 novembre 2010, Antena 3 de Télévision avait diffusé lors de son journal télévisé un reportage relatif au démantèlement par l'armée marocaine le 8 novembre 2010 d'un campement sahraoui dans les environs de la ville de Laâyoune (Sahara). La chaîne avait utilisé une photo montrant des corps sans vie et ensanglantés tués lors d'un drame familial par un homme souffrant de déséquilibre mental a Casablanca dix mois plus tôt Ce reportage avait été repris par des chaînes marocaines, accessibles via le satellite en Belgique. Affectés par la diffusion de ce reportage, des membres de la famille endeuillée domiciliés à Bruxelles avaient saisi la justice belge, dénonçant Iffistrumentalsation de la mort de leurs proches. "Ce qui compte ce n'est pas l'argent mais une excuse officielle que nous attendons toujours", a commenté Rachida Rachidi, un membre de la famille qui a obtenu à titre personnel 30.000 euros d'Indemnisation et 30.000 euros pour chacune de ses filles. Si les parties demanderesses ont obtenu réparation de leurs préjudices, leur demande tendant à ordonner des excuses publiques a, elle, été rejetée. Le jugement doit encore etre signifié. (FCH)



LA CAPITALE
11.07.2012

La Capitale.be, 11 juillet 2012